essailogo

essailogo

L'UE et le Mexique accélèrent les négociations aux fins de moderniser l'accord de libre échange

15 juin 2017

L’union Européenne (UE) et le Mexique ont repris récemment les négociations pour refondre et moderniser l’accord de libre-échange de 2001. Si les deux partenaires avaient déjà entrepris des négociations durant l’année 2016, l’UE et le Mexique ont dernièrement décidé d’accélérer les négociations.

Entre 2005 et 2015, les flux commerciaux de marchandises annuels entre les deux partenaires ont plus que doublé dans le contexte de l’accord en vigueur et sont passés de 26 à 53 milliards d’euros selon la Commission Européenne. A cet égard, l’UE est actuellement le troisième partenaire commercial du Mexique et le Mexique est le quinzième partenaire commercial de l’Union.

Les changements internes au Mexique, au sein de l’UE ainsi que dans le commerce mondial ont rendu nécessaire la renégociation d’un accord plus étendu.

A cette fin, l’UE et le Mexique se sont réunis au mois d’avril pour définir les objectifs de la révision de l’accord et une autre réunion de négociation aura lieu avant cet été, en juin prochain.

Cet accord de libre-échange UE-Mexique modernisé créerait la possibilité de renforcer la coopération existante et d’imaginer des méthodes et des programmes innovants pour aider les PME à augmenter leurs exportations. Les PME devraient pouvoir tirer les avantages de la modernisation de l’accord à plusieurs échelles : réductions des coûts liés aux obstacles non tarifaires, simplification des règles de l’accord d’origine, renforcement de la coopération réglementaire entre l’UE et le Mexique et convergence vers les normes internationales.

Les Européens espèrent obtenir grâce au nouvel accord un meilleur accès aux marchés public et au marché des services (télécoms, services juridiques, etc.) mexicains ainsi qu’une  reconnaissance élargie de leurs indications géographique protégées. L’UE veut aussi mettre en place avec l’Etat Mexicain le système des tribunaux d’arbitrage, qu’elle a négocié dans le cadre du CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement).  Ce tribunal d’arbitrage destiné à trancher les différends entre États et multinationales serait plus transparent que les instances actuelles.

L’Etat Mexicain espère augmenter de façon considérable les échanges et notamment les flux d’exportation agricoles vers l’UE. En effet, la pérennité des relations commerciales entre les Etats Unis et le Mexique étant menacé avec l’arrivé au pouvoir de Donald Trump, la stratégie du Mexique consiste au renforcement de ses relations avec l’UE, afin d’en faire un partenaire privilégié, et compenser les possibles pertes dues à la diminution des relations commerciales avec les Etats Unis.

La Commissaire européenne, Madame  Malmström, a fait état  de « beaucoup de progrès » concernant les négociations en cours. « Notre objectif préliminaire est d’arriver à un accord politique d’ici la fin de l’année », a-t-elle ajouté. L’entrée en vigueur de l’accord commercial devrait toutefois tarder au moins un an de plus.

 

 En poursuivant votre navigation sur le site vous acceptez nos Conditions Générales d’Utilisation et notamment que des cookies soient utilisés afin d’améliorer votre expérience d’utilisateur.